Le coin St-Laurent – Ste-Catherine

4 12 2008

Alors que les constructions au centre-ville battent leur plein vers la réalisation du quartier des spectacles, UMA, La maison de l’image et de la photographie, a voulu s’assurer qu’on n’oublie pas à quoi le coin des rues St-Laurent et Ste-Catherine ressemblait autrefois.

Trois artistes se sont donc fait donner comme mission de prendre des photographies de l’intersection du « redlight » de Montréal avec pour thème: le studio XXX et le terrain vacant qui le jouxte.

Jusqu’au 15 décembre au Monument National

guy_glorieux

© Guy Glorieux

Voici ce qu’André Cornellier, directeur général d’UMA, m’avait dit lorsque je lui avais parlé pour mon guide culturel du magazine FCD, dans lequel je mentionnais l’événement dans mes suggestions de sorties.

«La ville de Montréal a acheté l’édifice et le terrain vague au coin sud-est de StLaurent et Ste-Catherine il y a environ deux ans afin d’y construire un édifice à caractère culturel pour le nouveau quartier des spectacles.  L’édifice a été démoli en janvier dernier et la construction du nouvel édifice devrait commencer  l’an prochain.

Nous trouvions important de garder un souvenir de cet édifice centenaire qui a changé de nombreuses fois depuis les années du RedLight. Le coin StLaurent – Ste-Catherine est pour Montréal un endroit mythique et nous considérions qu’il fallait avoir recours à des artistes pour garder la mémoire de ce quartier plutôt que de simple photos documentaires.

UMA a donc proposé à  trois photographes de nous faire voir leur vision personnelle du coin.

Gabor Szilasi, âgé de 80 ans,  est un des pères de la photographie au Québec. Il avait déjà photographié ce quartier il y a trente ans. Je voulais avoir son point de vue sur cet édifice en décrépitude. Ces photos sont des gros plan des textures de l’édifice dans un état d’abandon, recouvert d’une accumulation de plusieurs couches de matériaux et d’affiches, créant une sorte de « dentelle urbaine ».

Guy Glorieux fait des photographies sans caméra.  Il utilise la « camera obscura », un procédé du 11e siècle,  utilisé d’ailleurs par Leonardo da Vinci.  Sa technique permet de démontrer l’effet du temps sur la ville.

Mia Donovan a pénétré à l’intérieur de l’édifice où existait toujours le Peepshow Studio XXX. Ses  photographies sont empreintes de sensibilité et de respect envers les pensionnaires de l’endroit. Elle y a regardé les filles sans les juger, en essayant de les comprendre.»

image-29

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :