Papillons

27 07 2008

Je suis encore en train de classer mes photos! C’est le désavantage d’en prendre autant et d’apporter deux appareils! Enfin…

J’ai réalisé qu’en plus des poissons et des singes, j’ai eu un intérêt particulier pour les photos de papillons.

Papillons photographiés à Sarawak:

Papillons photographiés à Sabah:





Rainforest World Music Festival, short movie.

17 07 2008

J’avais publié mon post sur le Rainforest World Music festival avant de l’avoir terminé. Alors, j’ai ajouté quelques trucs et des photos.

J’ai aussi fait un petit movie du festival sur une des chansons du disque Gaqdong Green de Tuku’ Kame’ que j’ai acheté là-bas. C’est un groupe local qui utilise les instruments d’autrefois. Il jouait samedi soir.

[clearspring_widget title= »Animoto.com » wid= »46928cc51133af17″ pid= »487de0e0f7c6112c » width= »432″ height= »260″ domain= »widgets.clearspring.com »]





En route vers Batang Ai, Orangs-Outans et sunday market

16 07 2008

Le lendemain, je suis partie tôt vers Batang Ai. C’est à 4 heures de route de Kuching.

Sur la route, nous sommes arrêtés d’abord au Semenggoh nature reserve. Les orangs-outans qui ont été réhabilités dans la jungle y reviennent parfois pour aller manger.

prise avec le N95

À la différence d’un zoo, ils ne sont pas en captivité. Ils viennent et partent comme ils le veulent, ils connaissent l’heure à laquelle il y a de la nourriture. Apparemment, j’ai été très chanceuse parce que huit sont venus le jour où j’y suis allée. Même le leader Ritchie. (j’ai pensé à toi Judith!)

Notre prochain arrêt était au  Serian Sunday market. J’étais la seule blanche là-bas. Et la seule avec une camera! C’est vraiment particulier de se retrouver seule et unique touriste d’un endroit. Plutôt plaisant. Quelques touristes sont arrivés alors que je quittais.

Pendant que Roslan achetait la nourriture pour le pique-nique que les Ibans allaient nous préparer le lendemain, moi je me promenais et prenais des photos. Je me suis achetée un jus un peu bizarre. Où maïs, fèves rouges, soya, lait et jus de cerise sont mélangés. Un peu trop sucré pour moi, mais pas si pire quand même.

On est aussi arrêtés à Lachau pour le lunch et pour acheter des friandises pour les enfants de la Longhouse. Lorsqu’on fait la visite d’une Longhouse, on doit apporter un présent. Idéalement, en s’assurant que tous les enfants en auront. Sachant que plus de trente familles peuvent y habiter, il vaut mieux en acheter plus que moins.

On est finalement arrivés au bateau qui allait nous amener au Hilton Batang Ai Longhouse Resort, dont j’avais déjà parlé. Le site est splendide, même pour moi qui n’est pas une fan de resort. De ma fenêtre de chambre, j’avais la vue sur la forêt tropicale, tout comme de la piscine… On peut faire du trekking autour de l’hôtel et il y a même un sentier de canopy. Et puis c’est de là que part l’expédition vers la longhouse Iban où je suis allée. Juste pour ça, ça vaut le détour!!





Bau, le lac et les grottes

16 07 2008

Le deuxième jour, je suis partie pour Bau.

Juste au nord de la ville, se trouve deux grottes, Fairy & Wind Caves.

Mon guide Roslan m’a d’abord emmené à Fairy Cave. On avait quitté Kuching vers 8h30 alors il était encore tôt lorsqu’on est arrivés à Bau (48 km de Kuching).

On était complètement seuls dans cette immense grotte où l’on doit penser apporter sa lampe de poche! Le seul son venait des chauve-souris. L’immensité de cette grotte était visible au début grâce à la lumière du jour qui entrait un peu.

Mais en avançant, on n’y voyait plus rien. Une fois les lampes de poche éteintes, c’était la noirceur totale.

Visiter une grotte dans ces conditions, sans des dizaines de touristes autour, c’est tellement mieux! D’ailleurs, plus tard, un groupe est arrivé et ce n’était plus la même chose. Heureusement, nous étions sur notre retour donc j’ai eu la chance de vivre ce moment d’intimité avec la Fairy Cave, avec le seul son des chauves-souris et de l’eau qui coule… Et quelques explications de Roslan.

Mon but était de pointer les touristes qui sont arrivés pour montrer à quel point c’est immense, mais bon, je ne pointais pas du tout au bon endroit! On regarde vers la droite pour les touristes. D’ailleurs, j’avais oublié que ce n’est pas poli de pointer de cette façon en Malaisie. Ici, on pointe avec le pouce.

Dans cette grotte, il n’y a que mon N95 qui réussissait à capter assez de lumière pour les photos. C’est drôle, parce que dans l’autre grotte, mon appareil régulier fonctionnait mieux.

Wind cave

Nous nous sommes ensuite aventurés vers la Wind cave, où il y a 200 000 chauve-souris! On les entendait dans la Fairy cave, mais rien à comparer ici. C’est fou. Roslan m’a emmené dans un endroit fermé au public parce qu’il y en a un paquet! On pouvait voir au loin des dizaines de yeux rivés sur nous. Plusieurs volaient. Une chauve-souris m’a d’ailleurs heurtée en plein front! Mais apparemment, j’ai la tête dur! Je pense qu’elle a probablement eu plus de mal que moi!

Avant de repartir pour le Rainforest Music Festival, on est arrêtés au Lac de Bau.

ET puis en passant par la ville…





Kuching, jour 1

16 07 2008

Je profite de mon nouvel hôtel où la connexion Internet ne coûte rien pour me mettre à jour dans mes post.

En arrivant à Sarawak, je suis d’abord allée m’enregistrer à l’hôtel Crowne Plaza Riverside. Puis, je suis arrêtée quelques instants au Sarakraf Pavilion où l’on retrouve des artisans locaux. Ensuite, je suis allée prendre une longue marche sur le riverside, en revenant par le bazaar.

Quelques photos de Kuching:

Kuching, en malais, veut dire chat. Il y a donc des statuts de chats un peu partout. Il y a même un Cat museum! Le chat est l’animal domestique le plus populaire chez les malais. Il est présent dans la plupart de leurs croyances, superstitions, folklore et tradition. Autrefois, les gens croyaient qu’il possédait des pouvoirs surnaturels. On croit toujours que c’est un animal qui apporte la chance. Puisque le chat aime avoir un nid douillet, il souhaite inévitablement la prospérité à ses maîtres. (ça je l’ai appris en visitant le cat museum hier)





Rainforest World Music festival

15 07 2008

Alors, pour revenir un peu en arrière, J’ai commencé mon séjour au Rainforest World Music Festival. Le festival se déroule au Sarawak Culture Village, dans la forêt tropicale.

Le site est très grand, il y a deux scènes, des kiosques de nourriture, des bars, bref, tout pour avoir du plaisir. Les spectacles s’enchaînent sans aucun arrêt d’une scène à l’autre, puisqu’elles sont dans le même espace. On n’a qu’a se tourner vers la gauche ou la droite, c’est vraiment génial.

La musique du monde, ça le dit, ça vient de partout! Il y avait des spectacles de groupes locaux, mais aussi de l’Inde, du Japon, du UK, de la Pologne, etc..  À quand un groupe de Montréal là-bas?

Ce n’est pas la saison des pluies, mais c’est la RAINforest!! Vendredi, la pluie tombait à grosses gouttes! Finalement, je me suis fait donner un traitement de réflexologie puisqu’on s’était réfugié sous une tente de massages.. J’ai affronté la pluie pour aller voir quelques spectacles et marcher sur le site. Roslan a préféré rester sous la tente à m’attendre.

Le lendemain, il faisait très beau et c’était beaucoup plus agréable. Évidemment, il y avait beaucoup plus de personnes. En fait, c’était plein à craquer.

J’y ai rencontré des journalistes du UK, Dubaï, Phillipines, Indonésie… Vraiment sympas! J’étais un peu déçue de ne pas pouvoir les rejoindre pour la finale. Le festival dure trois jours, mais moi je partais de Kuching le dimanche. Même si j’aurais aimé voir le dernier soir du festival, je ne regrette pas du tout d’avoir quitté pour aller à Batang Ai! C’était tellement beau. J’y ai vécu des moments uniques dont je me souviendrai toujours.

J’ai fait un petit Animoto du festival sur une des chansons du disque Gaqdong Green de Tuku’ Kame’ que j’ai acheté là-bas. C’est un groupe local qui utilise les instruments d’autrefois. Il jouait samedi soir.

[clearspring_widget title= »Animoto.com » wid= »46928cc51133af17″ pid= »487de0e0f7c6112c » width= »432″ height= »260″ domain= »widgets.clearspring.com »]





Une journée avec les Ibans

14 07 2008

Hier, j’ai passé la journée avec les habitants d’une longhouse Iban, une des tribus anciennement chasseurs de tête. Une expérience incroyable. Ils habitent encore sensiblement comme autrefois, sauf quelques modernités évidemment. Le trajet en bateau sur la rivière Engkari à Batang Ai valait le détour à lui seul. Là-bas, plusieurs nous attendaient pour nous serrer la main avec le grand sourire. Le chef nous a remercié de venir découvrir sa tribu et ses traditions et nous a demandé d’en parler à nos amis.

Rapidement est venu l’heure du shooter de vin de riz. Il était 9h30 du matin. Comme il est impoli de refuser, j’en ai pris. Ensuite, c’était le partage du verre de whiskey de riz.

Au marché dimanche, alors que nous achetions la nourriture que les Ibans allaient nous faire au pique-nique, mon guide Roslan m’a dit qu’il avait pensé à quelque chose de spécial pour moi à la Longhouse. Rendu là-bas, après la danse, il m’a pris par la main et m’a demandé si j’étais prête pour ma surprise. Il m’a guidé vers une des maisons. Trois filles se sont juchées sur moi et ont commencé à me peigner et à m’habiller avec leur costume de danse. Sans aucune indication sur quoi faire exactement, la musique a recommencé et on a pousse l’autre fille et moi hors de la maison. On devait danser devant le chef et les autres.

Pour voir une vidéo de ma danse, on clique sur ce lien: Ma danse avec les Ibans

J’ai pas encore réussi à le mettre directement sur la page…

Moi, le chef et sa femme:


photo prise avec le Nokia N95

photo prise avec le Nokia N95

Plus tard, un Iban m’a dit: «Tu as dansé tout à l’heure. C’était merveilleux. Ce n’est pas tout le monde qui peut danser. Seul un esprit aventureux le peut. Tu aurais ce qu’il faut pour être une Iban.» Eh bien, moi qui m’étais trouvé pas super! Mais bon, il faut dire que leur danse ressemble plus à une marche rythmée qu’à des pas compliqués.

J’ai ensuite essayé de tirer des flèches empoisonnées avec une blowpipe (j’ai réussi mes deux coups!) et assisté à un combat de coq.

photo prise avec mon N95

photo prise avec mon N95

Quelques Ibans nous ont ensuite amené en bateau à un autre endroit pour notre BBQ. C’était tellement beau, les mots me manquent. Pendant qu’ils cuisinaient du poulet, du poisson et du riz dans du Bambou, je suis allée me baigner dans la rivière.

Sur le chemin du retour, mon nouveau chapeau Iban est parti au vent et on a fait demi tour pour aller le chercher. C’était plutôt drôle. Et puis, finalement, ils m’ont dit que c’était une bonne chose parce que mouiller le bambou assouplit les fibres et permet aux objets de durer plus longtemps.

Une journée magique.