Une journée avec les Ibans

14 07 2008

Hier, j’ai passé la journée avec les habitants d’une longhouse Iban, une des tribus anciennement chasseurs de tête. Une expérience incroyable. Ils habitent encore sensiblement comme autrefois, sauf quelques modernités évidemment. Le trajet en bateau sur la rivière Engkari à Batang Ai valait le détour à lui seul. Là-bas, plusieurs nous attendaient pour nous serrer la main avec le grand sourire. Le chef nous a remercié de venir découvrir sa tribu et ses traditions et nous a demandé d’en parler à nos amis.

Rapidement est venu l’heure du shooter de vin de riz. Il était 9h30 du matin. Comme il est impoli de refuser, j’en ai pris. Ensuite, c’était le partage du verre de whiskey de riz.

Au marché dimanche, alors que nous achetions la nourriture que les Ibans allaient nous faire au pique-nique, mon guide Roslan m’a dit qu’il avait pensé à quelque chose de spécial pour moi à la Longhouse. Rendu là-bas, après la danse, il m’a pris par la main et m’a demandé si j’étais prête pour ma surprise. Il m’a guidé vers une des maisons. Trois filles se sont juchées sur moi et ont commencé à me peigner et à m’habiller avec leur costume de danse. Sans aucune indication sur quoi faire exactement, la musique a recommencé et on a pousse l’autre fille et moi hors de la maison. On devait danser devant le chef et les autres.

Pour voir une vidéo de ma danse, on clique sur ce lien: Ma danse avec les Ibans

J’ai pas encore réussi à le mettre directement sur la page…

Moi, le chef et sa femme:


photo prise avec le Nokia N95

photo prise avec le Nokia N95

Plus tard, un Iban m’a dit: «Tu as dansé tout à l’heure. C’était merveilleux. Ce n’est pas tout le monde qui peut danser. Seul un esprit aventureux le peut. Tu aurais ce qu’il faut pour être une Iban.» Eh bien, moi qui m’étais trouvé pas super! Mais bon, il faut dire que leur danse ressemble plus à une marche rythmée qu’à des pas compliqués.

J’ai ensuite essayé de tirer des flèches empoisonnées avec une blowpipe (j’ai réussi mes deux coups!) et assisté à un combat de coq.

photo prise avec mon N95

photo prise avec mon N95

Quelques Ibans nous ont ensuite amené en bateau à un autre endroit pour notre BBQ. C’était tellement beau, les mots me manquent. Pendant qu’ils cuisinaient du poulet, du poisson et du riz dans du Bambou, je suis allée me baigner dans la rivière.

Sur le chemin du retour, mon nouveau chapeau Iban est parti au vent et on a fait demi tour pour aller le chercher. C’était plutôt drôle. Et puis, finalement, ils m’ont dit que c’était une bonne chose parce que mouiller le bambou assouplit les fibres et permet aux objets de durer plus longtemps.

Une journée magique.

Publicités